Tommy Hilfiger, le king du style preppy

En tant que roi incontesté du style preppy, Tommy Hilfiger mérite son nom au panthéon des grands stylistes Américains. La marque éponyme, élégamment subtile, a longtemps été au premier rang de la mode mondiale, et sa collaboration récente avec l’un des mannequins les plus prisés de l’industrie est la preuve de l’intemporalité inhérente à l’icône du style. Par Jack Deane

18 novembre 2017 ,,

A l’approche de son 70ème anniversaire, il est difficile de se rappeler d’une époque où le nom de Tommy Hilfiger n’était pas synonyme de l’apogée de la mode américaine. Pourtant, il y a plus de 50 ans, la carrière stylistique du designer né à New York semblait se terminer avant même d’avoir commencée. « Je ne suis jamais allé à aucune école de design », révèle Hilfiger. « J’ai juste commencé à esquisser mes propres concepts, acheté le tissu que je voulais et eu recours à des couturières locales afin de réaliser les vêtements que j’ai commencé à vendre dans les boutiques que j’avais ouvertes dans ma ville natale d’Elmira et sur divers campus universitaires ». « Cependant, mes partenaires et moi-même passions beaucoup de temps à faire la fête à des endroits tels que Studio 54, au lieu de nous occuper de nos boutiques. Je me suis trop développé et j’ai dû déclarer faillite à l’âge de 23 ans. Cela m’a appris qu’il faut se concentrer tant sur le volet commercial que sur l’aspect créatif si l’on veut réussir ». dessiner le rêve américain Non découragé par ces problèmes financiers précoces, Hilfiger s’est mis à créer un portefolio de la mode, motivé par le monde vibrant de la « culture pop et Americana » par laquelle il s’est retrouvé entouré. En phase avec les légendes de films et du cinéma, qui épataient le monde avec leur choix vestimentaires, l’inspiration véritable de ce qui allait devenir au final la pierre angulaire de la Tommy Hilfiger Corporation fut trouvée plus près de lui. « J’ai toujours admiré les vêtements que portait mon père et je voulais créer un look à la fois classique et frais », explique-t-il. « Je savais que je voulais dessiner des vêtements et créer une marque qui représente un style de vie à la fois cool, décontracté et branché ». « J’ai toujours aimé les yachts et naviguer et j’ai eu cette idée de créer ma marque avec le drapeau qui s’est avéré être un facteur important pour développer la sensibilisation des consommateurs. Je voulais également créer des vêtements qui soient abordables et facile à porter, tout en suscitant un sentiment de style auquel les gens pourraient s’identifier…Je suis très fier d’avoir participer à l’expansion de la culture américaine à travers le monde ». Le pays d’origine d’Hilfiger reste une présence permanente au sein de sa marque – « mes vêtements ont toujours porté le label patriotique rouge, blanc et bleu » – mais le designer souligne rapidement que son ascension fulgurante dans le monde de la mode ne se limite pas aux Etats-Unis. « Je ne pense pas que ma réussite soit un phénomène américain en particulier », dit-il. « Prenez l’exemple de Renzo Rosso et Diesel. Il est italien. Vous pouvez également considérer Yves Saint Laurent, qui était français. Je suis un exemple de quelqu’un qui a commencé de rien et est devenu célèbre, et ceci est associé avec ce que les gens appellent le Rêve Américain ». Hilfiger admet toutefois l’existence de différences dans la mode transatlantique. Aux Etats-Unis, et au sein de sa société en particulier, la tendance de l’industrie est de « ne pas se prendre trop au sérieux », tandis qu’en Europe beaucoup considèrent les idéaux de la haute couture et la culture des défilés comme sacro-saints. Indépendamment de ces anomalies esthétiques, Hilfiger indique clairement que les fondements de la mode restent inchangés des deux côtés de l’Atlantique. « Lorsque vous avez un bon business plan, un bon concept et de bons designs, vous pouvez réussir. Il y a bien plus de compétition de nos jours, il est donc important de maîtriser chaque aspect du business, de la production à la commercialisation. Il faut également bien plus d’argent de nos jours que lorsque je cherchais des investisseurs et partenaires commerciaux dans les années 70. » les « Tommy Girls » Durant sa célèbre carrière de défilés, Hilfiger a travaillé avec certaines des plus belles personnalités de la planète – de Marc Anthony à Zooey Deschanel. L’année dernière, le vétéran de la mode a de nouveau prouvé avoir une longueur d’avance avec le lancement de la ligne TommyXGigi, en collaboration avec la top modèle mondiale Gigi Hadid. L’association récente de deux des plus grands noms de l’industrie, issus du passé et du futur, est un exemple supplémentaire du chemin parcouru par Hilfiger pour créer une marque au style intemporel depuis ses origines à Elmira. « Elle est une star – la star de l’industrie en ce moment – et la définition d’une « Tommy Girl », s’enthousiasme-t-il au sujet de la plus âgée des sœurs Hadid, dont la plus jeune, Bella, a également causé des remous tardivement lors des défilés. « Elle est drôle, fougueuse, jeune et a son propre sens du style et de la sophistication. Nous aimons tous deux le style nautique. De plus, la solide compréhension et le goût du vintage de Gigi me parle également ». “Il était facile de travailler avec elle et elle comprenait exactement ce qui lui plait et ce qui ne lui plait pas ; elle avait une vision claire de ce qu’elle attendait de la collection. C’était une collaboration de rêve ! ». Ayant commencé sa carrière à une époque où la mode américaine commençait juste à se faire une place, le choix de Hilfiger pour Hadid n’est certainement pas une coïncidence. En tant que leader de la nouvelle génération de mannequins – s’ajoutant à un vaste suivi sur les réseaux sociaux et une image moderne – Hadid est la quintessence de ce vers quoi Hilfiger a travaillé toute sa vie : une marque représentant un style de vie qui ne se démode jamais. « J’ai appris qu’il est important d’être fidèle à ses origines. Dans les années 90, j’ai remarqué que la communauté rap était un marché inexploité et nous sommes parvenus à répondre avec succès à cette tendance. Snoop Dogg portait nos vêtements et les ventes explosaient. Les leçons de cette expérience sont toutefois que les tendances vont et viennent et qu’il est important de rester fidèle à sa vision d’origine. Il ne faudrait jamais perdre cela de vue ». « J’ai été très chanceux dans ce business. Il y a eu des moments où je me suis senti perdu et n’étais pas certain de ce que je voulais faire. Mais je suis réellement reconnaissant de tout le succès que j’ai eu ainsi que de tout ce que la vie m’a donné ».