The Time Machine

Connue comme étant la ‘petite soeur’ de Rolex, Tudor a depuis affirmé une personnalité propre. Avec une histoire qu’elle souhaite écrire de sa plume et des ambassadeurs précisément taillés pour elle, la maison se fait son trou parmi les grands noms de l’horlogerie. Récit sur cette marque qui a fait vibrer la communication horlogère avec son premier ambassadeur : Mr David Beckham.

THE TUDOR WATCH COMPANY

Et c’est ainsi que la prénomme Hans Wilsdorf, fondateur de Rolex. Déposée en 1926 puis rachetée en 1936 par ce magnat, Wilsdorf la lance en 1946 avec une stratégie bien claire : vendre à un prix plus modeste que Rolex une montre qui atteindrait les standards de fiabilité pour lesquels la marque à la couronne est reconnue. « J’ai décidé de créer une société à part, avec pour objectif de fabriquer et vendre cette nouvelle montre. Elle se nomme The Tudor Watch Company » proclama Hans. Cela donne naissance à la Tudor Oyster Prince, qui adopte le boîtier étanche Oyster ainsi que les mouvements mécaniques exclusifs à Rolex jusqu’alors. A force de vouloir sortir de l’ombre de son aînée, colossale, Tudor a écrit une histoire originale, jalonnée de remises en question mais de succès surtout. La maison s’est faite un nom avec ses montres réveils (l’Advisor notamment et ce dès 1957) et surtout par ses chronographes. Lancé en 1970, le chronographe Oysterdate – son premier modèle mécanique à remontage manuel – marque d’emblée les esprits des amateurs. Par ailleurs, les performances de ses montres de plongée Submariner forge sa réputation au point d’être adoptée par la Navy américaine et la Marine nationale française. Tudor salue son héritage tout en s’employant à se renouveler : la ligne justement nommée Heritage reste un élément fort de ce renouveau. Une belle visibilité, une nouvelle image, cette ligne est une magnifique réinterprétation qui annonce un grand succès. L’ombre de son aînée s’est donc dissipée et la signature de Tudor est largement établie, reconnue tout autant par les experts. Le Grand Prix de l’Horlogerie de Genève a d’ailleurs récompensé à plusieurs reprises des modèles de la marque. Alors que Tudor s’applique à ranimer son héritage, elle en fait de même point de vue communication. Pari osé mais superbement efficace. La campagne « Born to Dare », avec entre autres David Beckham en ambassadeur, a fait sensation.

DAVID BECKHAM, NÉ POUR OSER

Enfant, David Beckham avait un rêve. Quand on lui demandait ce qu’il voulait faire une fois qu’il serait grand, il répondait invariablement : « Je veux devenir footballeur. » Cette vocation, manifeste dès son plus jeune âge, a fait de lui l’un des joueurs les plus acclamés, brillants et populaires de l’histoire du football. Sélectionné 115 fois en équipe d’Angleterre, dont 59 comme capitaine, il a laissé une empreinte indélébile sur le football moderne et possède un palmarès impressionnant dans les trois clubs majeurs où il a évolué : six titres de champion d’Angleterre, deux MLS Cups, un championnat d’Espagne et un trophée de l’UEFA Champions League. Sans être le meilleur buteur ou le joueur le plus rapide, il possède un style bien à lui dont la précision extrême et la technique spectaculaire, visibles dans ses passes et ses tirs exceptionnels, se sont à maintes reprises avérées décisives sur le terrain. « Joue-la comme Beckham » en dit long sur sa marque de fabrique. David Beckham a osé aller au bout de son rêve d’enfant.

En tant que véritable explorateur des temps modernes, partant à la rencontre du monde sur ses deux-roues, il n’hésite pas à se lancer continuellement de nouveaux défis. On se souvient particulièrement de son road-trip à moto de Rio à la forêt Amazonienne dans des conditions rudimentaires. Sans oublier ses activités philanthropiques qui se concentrent principalement sur la protection et le bien-être des enfants du monde entier. David Beckham est depuis longtemps ambassadeur de bonne volonté de l’Unicef et engagé dans la lutte contre le paludisme. Il consacre son énergie et son temps à la santé et à l’éducation des enfants en Afrique. Une volonté féroce de voir le monde autrement et de lui tendre la main.

A 43 ans, David Beckham est une icône internationale de la mode dont de nombreuses marques s’arrachent. Célébrité à la personnalité affirmée, amateur de montre, la collaboration était vouée à marquer les esprits. Ce gentleman au capital « fascination » incroyable ne s’est pas contenté de son rôle de philanthrope et de footballeur ; il a gravi les échelons pour devenir bien plus qu’un joueur de légende. Face à la peur de l’inconnu après une carrière sportive fructueuse, il n’écoute que son ambition et parvient à s’imposer comme une icône de style à la renommée mondiale. Il est d’ailleurs considéré comme l’un des hommes les mieux habillés au monde. Chaque sortie est passée au crible, et l’on se souvient de son look à tomber lors du récent mariage de Meghan et du Prince. Il paraîtrait que même son fils aîné Brooklyn lui ‘empreinte’ régulièrement ses vêtements. David Beckham est une véritable icône de style. Egalement amoureux de classiques, Beckham porte pour Tudor la Black Bay Chrono (un chronographe certifié par le COSC avec Calibre Manufacture) qui allie l’héritage de la plongée à celui des sports automobiles de Tudor, ainsi que la Black Bay S&G, une montre de plongée acier et or d’inspiration vintage.