Rose n’roses

Le nouveau parfum de Miss Dior est une explosion de fleurs, une mer de pétales fraiches qui ajoutent un accent lumineux à une composition pétillante et radieuse qui se distingue par son abondance.

À perte de vue, le champ de roses centifolia s’étend, coloré. Le spectacle de ce dégradé allant du fuchsia au rose pâle est à couper le souffle. Le jour s’est levé sur l’arrière-pays grassois mais les rayons du soleil clément n’ont pas encore le feu brûlant des après-midis printanniers.Non, il fait juste assez chaud pour que, une à une, les roses de mai s’ouvrent
délicatement, perlées de la fraîcheur du matin et qu’elles exhalent leur parfum puissant, unique. une odeur vive et charnelle à la fois, enrobée de miel et piquée de poivre. un délice jaillissant, vivifiant. Ces arômes enivrants montent dans l’air, le saturent jusqu’à en faire tourner la tête.
C’est là que les cueilleuses et les cueilleurs se précipitent, car il faut aller vite pour capturer ce que cette rose provençale a d’unique au monde. Pincer sa tige d’un geste sûr, les doigts coulants de sève et de rosée. Saisir cette rose à point nommé pour obtenir ensuite les plus belles essences, les plus puissants absolus qui restitueront ses facettes olfactives.
Belle de mai tant désirée, tant attendue… à elle seule, elle est toutes les roses du monde.

Une reine incontestée qui incarne la beauté hégémonique de cette fleur légendaire, l’éternité d’un sillage à jamais emblème d’amour et de beauté.

« Pour miss Dior rose n’roses, j’ai voulu créer non pas une rose mais plutôt l’incarnation d’une profusion florale. Retrouver cette sensation de « nature » puissante, comme lorsque dans mon enfance, je découvrais les champs fleuris au mois de mai. La rose, pour moi, c’est cet émerveillement-là. je voulais être plus près de la fleur. » François Demachy, parfumeur-créateur Dior.

 

Des roses, à l’infini…

Vive, fusante, la composition de miss Dior rose n’roses accroche immédiatement en faisant vivre une sensation de nature fusante puis réserve la belle surprise de s’installer et durer.
D’emblée, une odeur de fleurs fraîches jaillit, s’empare des sens et se déploie.
Une couleur, un rose vif plein de peps, qui devient une odeur.
Une entrée en matière piquante et puissante, immédiatement florale.
Avec miss Dior rose n’roses, l’on est tout de suite emporté dans un océan de pétales frais. au beau milieu d’un champ fleuri, à l’infini.
Pour être au plus près de la fleur, de cette odeur de « nature » incroyablement jaillissante, François Demachy a ciselé une fleur profuse, généreuse.
Une rose dont l’hyper-présence et la ténacité se mêle d’essences et absolus joués en mode majeur. mariées dans cette évocation généreuse, la brillante rose de grasse et la vive rose damascena allient leurs forces vives, démultipliant les sensations et les facettes olfactives.
Les nuances et les couleurs olfactives incroyablement facettées de la beauté provençale se soulignent de flèches nerveuses, lancées par sa cousine turque et bulgare.
Nous ne sommes pas en présence d’un simple portrait de rose mais de la toile saisissante d’une profusion florale, d’une vague de pétales odorants amplifiée par l’attaque joyeuse des notes fruitées et juteuses de bergamote et de mandarine, soutenue par la note citronnée, mentholée, fraîche et incisive d’une essence de géranium.
« La rose est un classique qui se marie avec tout, ce qui ouvre une infinité de possibilités pour la façonner. imprimer sa signature sur cette fleur universelle est un exercice de style excitant. » François Demachy, parfumeur-créateur Dior

Fleurs au long cours
Un coup d’éclat floral qui tient tête et maintient la vivacité de sa signature pop.
Ce sont les muscs, ici joués de façon appuyée, qui lui donnent cette longueur.
Car ici, pas de coton confortable, ni d’ambiance ouatée dans une miss Dior rose n’roses qui sait rester fraîche et piquante.
Le fond musqué est là pour faire briller les notes florales, pour les propulser.
Et voici une rose au caractère bien trempé, hyper expressive et enjouée.
Une miss Dior rose n’roses dont le nom dit bien son tempérament exubérant, la profusion de ses fleurs et leur vivacité.

Grasse, Dior et les roses de mai love story
Les roses de grasse et la maison Dior vivent une histoire d’amour sans fin.
Elle débute dès la jeunesse de Christian Dior qui les découvre dans cet arrière-pays provençal dont il est tombé amoureux. Elle se poursuit au château de la colle noire, en plein cœur du pays de faïence où il a enfin trouvé sa dernière demeure. Là, le couturier-parfumeur se métamorphose en un véritable « gentleman farmer », cultivant quelques 90 hectares de terres parmi lesquels il choisit de planter des champs entiers de roses de mai, sa reine « centifolia ».
Aujourd’hui, les parfums Dior continuent cette belle histoire et perpétuent cette passion pour les roses en contribuant à redynamiser le terroir grassois.
Dès 2006, François Demachy rencontre Carole Biancalana, productrice émérite de fleurs à parfums à la tête du « domaine de Manon » avec qui il scelle le premier partenariat de la maison. Ses récoltes de roses de mai, comme de jasmin, iront désormais en totalité et en exclusivité aux parfums Dior.
Suivra de près Armelle Janody qui a appris auprès de Carole Biancalana les secrets du métier et se lance à la tête du « clos de callian », soutenu lui aussi en exclusivité par un partenariat Dior à qui elle réserve la totalité de ses récoltes de centifolia.

 

Natalie Portman, l’envolée de miss Dior
Miss Dior, l’éternelle est à nouveau incarnée par Natalie Portman, la sublime.
Les couches de son jupon de tulle transparent rose poudré et rebrodé de fleurs de soie pastel peintes et plissées à la main virevoltent autour d’elle. son bustier drapé et délicatement effiloché par les petites mains des ateliers Dior met en valeur sa finesse et sa grâce.
Une nouvelle création exclusive de Maria Grazia Chiuri, dans la grande tradition des robes miss Dior qui se sont succédées pour habiller la fille chérie de la maison Dior.
Des robes à danser tendres et spectaculaires pour une miss dior aérienne, gracieuse, heureuse.