Plastique de rêve

Lors de son lancement en 2011 le Range Rover Evoque premier du nom avait fait une entrée remarquée dans le segment des SUV compacts premium. Après un léger facelift de milieu de vie en 2015, un tout nouvel Evoque débarque aujourd’hui avec l’espoir de continuer sa success-story... Y parviendra-t-il ?

L’Evoque est de ces modèles pour lesquels le public a littéralement craqué sur le seul fait de sa plastique. En effet, il aura suffi d’à peine quelques mois à l’Evoque pour devenir la coqueluche de ces dames – et pas que – qui appréciaient sa ligne à la fois élégante et robuste qui lui donne ce statut de baroudeur bon chic bon genre qui fait fureur dans les capitales d’Europe. Son look s’inspirait du concept LRX présenté au salon de Detroit en 2008 et reprenait les codes de son grand frère le Range Sport en plus futuriste. Le résultat commercial fut fracassant avec près de 800 000 exemplaires écoulés en 8 ans !

INSPIRATION VELAR

La nouvelle mouture de l’Evoque, qui a été présentée en novembre 2018, reprend les proportions et les grandes lignes stylistiques du modèle originel tout en s’inspirant du magnifique Velar qui est sans doute l’un des plus beaux SUV jamais dessinés. Cela se remarque principalement au niveau de ses faces avant et arrière où l’on retrouve une similitude certaine au niveau des phares et des optiques. Ses panneaux de carrosserie traités par des surfaces lisses et planes rappellent aussi ceux du Velar dont il hérite des poignées de portières escamotables qui participent au sentiment de montée en gamme du nouvel Evoque. Le tout lui permet de gagner en pureté, voire en beauté. Notons aussi qu’il n’est plus proposé que dans une seule et unique carrosserie 5 portes alors que le précédent existait en 3 portes et même en cabriolet ! Cette inspiration se poursuit dans l’habitacle où la planche de bord adopte un design similaire à celui du Velar, notamment au niveau des instruments et des écrans de contrôle. Celui du multimédia, parfaitement intégré au centre de la planche de bord, pivote en position verticale lors que le contact est mis… Un détail qui en jette ! Outre son design, c’est aussi sa finition et sa qualité perçue à bord qui ont bien progressé… Un bon point par rapport au modèle précédent qui pêchait quelque peu à ce niveau.

TECHNO TOO MUCH

Si son look évolue en douceur avec une esthétique savamment retravaillée, la technologie embarquée est le domaine où le nouvel Evoque progresse le plus visiblement lorsqu’on pénètre dans son habitacle. On y retrouve une instrumentation 100% digitale avec trois écrans faisant office d’interface homme/machine. Le premier, face au conducteur, est le combiné d’instruments qui informe sur la conduite ; le second est le plus important, puisque gérant pratiquement tout, se retrouve au centre de la planche de bord; finalement le troisième au pied de la console centrale permet de gérer la climatisation, la téléphonie ou le multimédia. Mais le hic c’est que cette débauche technologique en devient confuse pour diverses raisons. D’abord les menus de ces écrans sont assez complexes et se pilotent à travers des commandes différentes, ensuite ils ne sont pas parfaitement interconnectés avec, par exemple, la définition de la langue qui se fait indépendamment d’un écran à l’autre (!) ou encore le fait de redondances entre les 2 écrans centraux. Bref, on attrape vite mal au crâne en essayant de se dépêtrer dans cet environnement illogique et peu convivial… C’est d’autant plus dommage que la présentation est de bonne facture.

VISION TROUBLE

À son bord, l’ambiance est agréable et les matériaux de qualité s’additionnent à une bonne position de conduite dominante sur la route comme tout SUV qui se respecte. Les commandes sont douces et la manipulation des écrans de contrôle centraux se fait de façon tactile alors qu’on passe par les boutons du volant pour celui des instruments. Notre modèle disposait d’une innovation au niveau du rétroviseur intérieur qui avait la double fonction miroir ou écran digital, au choix. Cette trouvaille fort intéressante utilise une caméra intégrée dans le toit pour afficher l’image derrière le véhicule sans être gêné par la présence de passagers ou de bagages à l’arrière. Par contre cela s’avère très gênant pour les personnes qui, comme votre serviteur, portent des lunettes à verres progressifs… En effet, la mise au point de l’image projetée sur l’écran devant se faire sur la partie basse des verres, on se retrouve avec une vision floue, donc inutile !

CONDUITE COOL

Nous disposions de la version diesel haute puissance, soit la D240 AWD d’office accouplée à la boîte automatique et à la transmission intégrale. D’ailleurs nous vous conseillons ce moteur pour deux raisons : la première c’est qu’il faut au moins ça pour déplacer les 2 tonnes de ce gros bébé et la deuxième, qui en découle, c’est qu’il vaut mieux éviter le moteur essence qui se fera un plaisir de vider le réservoir à la vitesse V. Tout ça pour dire que l’Evoque apprécie d’être conduit de façon coulée en laissant l’excellente boîte automatique faire son job en position confort. On peut bien sûr le forcer à aller vite mais sa masse l’embarque alors dans un comportement moins homogène qui n’est pas son fort… sans parler de la consommation qui peut vite grimper à 10l/100 km dans ces conditions. Au global le nouvel Evoque progresse dans tous les tableaux tout en magnifiant son look inimitable. Dans le genre c’est un très agréable véhicule mais à une époque où on met en avant les performances environnementales des voitures plutôt que leur « gueule », on pourrait se poser la question de savoir si c’est encore raisonnable de se déplacer dans un véhicule de 2 tonnes avec de grosses roues et une prise au vent conséquente… A méditer !

EVOQUE MEHV D240 AWD

Moteur : 4 cylindres diesel biturbo mild hybrid

Cylindrée (cm3) : 1999
Puissance (ch. / kW @rpm) : 240 / 177 @ 4000
Couple (Nm @rpm) : 500 @ 1500-2500
Boîte de vitesse : Automatique 9 rapports
Entraînement : Intégrale
0-100 km/h (s) : 7,7
Vitesse Max (km/h) : 225
Consommation (l/100 km) : 5,9 (annoncée) – 8,0 (observée)
Emissions CO2 (g/km) : >156
Poids (kg) : 1955
Prix de base (EUR) : 48.830 euros