Une overdose de bois charnels chez Dior

Un nouveau Dior Homme est né. Une nouvelle Eau de Toilette intensément boisée, par François Demachy. Une sensualité masculine réinventée, avec Robert Pattinson dans un nouveau film hypnotique.

I’M YOUR MAN

If you want another kind of love…

DIOR – HOMME

Un parfum – Et l’homme qui va avec.

Envoûtant, alluré, sophistiqué …

STOP : c’est quoi un homme aujourd’hui ? Ou plutôt, c’est qui ?

Tout change, tout bouge

Dior Homme, puisqu’il est un « homme Dior » se pose la question, avec force et détermination.

Sa réponse est claire, limpide, sensuelle : « I’M YOUR MAN »

Comme Leonard Cohen, il clame ses sentiments, assume ses émotions.

Un parfum direct et franc. Mais aussi tendre et facetté. À son image.

Un nouveau Dior Homme qui se fait la déclaration d’une sensualité réinventée. Une sensation forte hautement boisée et caressée d’épices.

Un sillage assumé, très présent mais résolument ouvert.

Une nouvelle sensualité au masculin qui se redéfinit dans une overdose de bois brut et suave à la fois

. Comme un bloc d’intensité mais qui revendiquerait aussi une fraîcheur tenace et lumineuse.

« Ce nouveau Dior Homme a une signature virile évidente. Ce qui ne l’empêche pas de développer des accents tendres, sensuels. Cela revient finalement à faire le portrait d’un homme moderne. » François Demachy, Parfumeur-Créateur Dior

Le nouveau Dior Homme est fait d’un bloc de bois franc et sensuel. C’est un Bois iconique et rassurant, ouvert et accueillant. Il dit d’emblée « je suis un homme » mais il cache un entrelacs de facettes boisées qui le cisèlent. Il trouble avec son charme un peu cuiré, brûlé, animal même. Puis apaise avec des accents clairs et onctueux, presque liquides. Ce sillage pluriel s’ouvre aux nuances, aux différences. Une âme sensuelle, chahutée de forces contraires. Il est physique et pourtant frais. Il habille, entoure, enveloppe sans peser. Laisse une trace tenace, une empreinte tendre. La force et la caresse assumées. Un Bois brut ciselé par la main de Dior.

Quelques flèches fusent pour commencer, comme un appel rapide et efficace. où la Bergamote pique, les Baies roses épicent et vivifient et l’Elemi imprime ses accents d’encens citronné. C’est une entrée en matière qui retient l’attention, exalte les saveurs et sert de révélateur à l’ensemble. Une introduction à prendre comme le faire-valoir d’une suite sensuelle, profonde et étonnante.

Immédiatement dominants, ce sont les Bois qui déboulent et parlent haut, avec autant de simplicité que de modernité. Massifs et imposants, ils sont comme un signal viril, évidents de présence. Lisibles. Mais l’histoire n’est pas si simple car ils jouent aussi de leur côté charnel et sèment le trouble…

Les Bois sont là, massifs, dosés à l’extrême. Pluriels, ils tissent une nouvelle toile, expriment une sensualité au masculin renouvelée, loin des standards gourmands et des exercices de style orientaux.

On assiste ici à une véritable polyphonie boisée riche de tensions et de dialogues : le Cèdre de l’Atlas, star absolue des signatures mâles, souffle sa chaleur sèche et subtilement cuirée. Iconique, un Vétiver d’Haïti a le charme un peu rude et abrupt de sa puissance boisée aux accents terreux. Le tout forme un manifeste viril qui se se frotte à la sensualité caressante d’un Patchouli Cœur très clair qui joue les entremetteurs. Issu d’une double distillation, il est moderne, épuré, débarrassé de ses notes humides. Comme un ami qui lierait le tout, il est rond et enveloppant et s’accompagne de Muscs très présents qui enveloppent, tapissent et rassurent.

Reste pourtant à la fin cette sensation de fraîcheur inexpliquée, de « délicieusement propre ». Un ressenti tenace de bois lavé qui est tout entier contenu dans une seule note, un peu magique : l’Iso E. Une sensation d’un confort enveloppant, qui habille la peau sans peser ni s’imposer. Elle s’instille dans la composition, puis dure à l’infini en étirant la sensualité d’une odeur de bois clair. Comme une conclusion qui se fait trace mais qui jamais n’alourdit le propos. Une limpidité sensuelle qui tient toutes les promesses d’une nouvelle masculinité intensément boisée, qui laisse une empreinte au long cours. Un homme, oui, mais tout en nuances.

« Cette composition est signée par une overdose de bois charnels. Le sillage de ce nouveau Dior Homme va à l’essentiel, il revendique une simplicité franche, ferme. Il est lumineux, accrocheur, mais recèle aussi une douceur enveloppante. » François Demachy, Parfumeur-Créateur Dior.

 

LE FLACON

Le monolithe Dior Homme est, lui aussi, une icône. Aujourd’hui, il épure son design tout en conservant la beauté de son bloc de verre viril. Pure, la coiffe gagne en simplicité. Le cube noir qu’elle enferme est moulé dans la transparence du Surlyn®. Une limpidité graphique qui est en fait le fruit d’une prouesse technique.

Allégé, le flacon perd en poids de verre pour plus de maniabilité et voit également ses arêtes polies, adoucies. C’est un objet dont on peut s’emparer, avec la sensation de saisir à pleines mains son beau jus couleur d’ambre. Plus sensuel, toujours aussi design, le nouveau flacon Dior Homme évolue avec rigueur et modernité.

Dior Homme Original Si Dior Homme se réinvente aujourd’hui dans un sillage inédit, sa toute première version lancée en 2005 qui faisait la part belle à un Iris sophistiqué ne disparaît pas pour autant. Désormais dénommée « Dior Homme Original », elle reste disponible en boutique en France comme en Belgique et, bien sûr, pour le monde entier sur Dior.com.