Essai : Bentley Flying Spur W12S, l’Autobahn Cruiser !

Alors que le coupé Continental GT vient tout juste de se renouveler, sa variante berline 4 portes continue de faire de la résistance en se basant sur les bases techniques de la « vieille Conti » qui commençait sérieusement à dater. Du coup, la Flying Spur serait-elle encore désirable ? Par Antonio Da Palma Ferramacho #luxgears

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous avons découvert notre Flying Spur W12S à la concession Bentley de Gasperich… Une Bentley à la carrosserie orange dorée, agrémentée de jantes noires et des chromes traités façon piano back, voilà une définition stylistique bien atypique pour une automobile de ce rang ! Ce style, qui pourrait en choquer certains, se révèle pourtant comme un choix judicieux pour qui aime se démarquer dans un paysage automobile bien monotone et, avouons-le, presque tristounet. Et puis n’est-ce pas cela le luxe ? Oser la couleur sur une telle voiture c’est assumer clairement ses goûts et son sens de l’individualisme… Bref, nous sommes conquis !

Ligne classique et sportive

Sa silhouette sobre et sophistiquée à la fois confère à la Flying Spur le classicisme des réalisations britanniques qui veulent que les proportions d’une berline soient régies par une proue courte et une poupe au porte-à-faux prononcé. Un classicisme qui dégage pourtant une certaine dose modernité par le biais de formes tendues et galbées comme celles des ailes arrière marquées par des passages de roues suggérant la puissance insoupçonnée qui sommeille sous son imposant capot façonné en aluminium. D’autres détails comme des voies larges, une hauteur de caisse rabaissée ou l’intégration parfaite des énormes roues de 21 pouces dans leur arche, suggèrent la fibre sportive de cette version superpuissante. Considérée par beaucoup comme l’expression ultime de l’artisanat et du design britannique, cette Bentley affiche une multitude de détails stylistiques qui lui confèrent une personnalité exquise emprunte d’élégance et de sportivité.

Mieux qu’une M2 !

En nous installant à son bord nous réalisons que ce salon roulant, où l’opulence et le luxe sont omniprésents, est aussi capable de performances détonantes ; il suffit pour s’en convaincre de jeter un coup d’œil sur son compteur de vitesse gradué jusque 340 km/h. Une information que confirme la lecture de sa fiche technique puisque son moteur 12 cylindres en « W » de 6,0 litres gavé par deux turbocompresseurs développe une puissance de 635 ch et un couple de 820 Nm ! Fallait bien ça pour déplacer ses 2,5 tonnes diront les esprits chagrins, ce à quoi nous rétorquons que cela donne tout de même plus de 250 ch par tonne, soit mieux que le rapport poids/puissance d’une BMW M2 ! Ces indices de performances lui permettraient d’abattre le 0-100 km/h en 4,5 s et de pointer à 320 km/h et cela dans un confort first class. Bluffant !

Luxe et démesure

Mais au-delà de son moteur hors normes, cette Flying Spur avance aussi un luxe et un confort digne des meilleures réalisations de la planète avec un mobilier de bord recouvert des meilleures peaux vulgairement désignées sous l’appellation « cuir » sur la voiture de Monsieur tout-le-monde. Ici, on parlera plus volontiers de sellerie sélectionnée avec soin et cousue main pour recouvrir sièges, tableau de bord et contre-portes. Celle de notre exemplaire arborait une teinte bicolore noir/ caramel à la surpiqure contrastée en forme de carreaux dans le plus pur style sport-chic british, le tout accompagné de cette fragrance propre à ce matériaux naturel… C’est aussi cela l’ambiance d’une Bentley, celle d’une expérience sensorielle faite de touches visuelles et olfactives ! Quant à l’expérience auditive, elle se manifeste par l’absence totale de bruit à son bord, histoire de se laisser bercer par la musique de fond cristalline qui émane de la sonorisation haut de gamme NAIM spécialement conçue pour Bentley. Malheureusement ce tableau presque idyllique se trouve quelque peu entaché par un système multimédia complètement dépassé car, comme mentionné plus haut, la Flying Spur est basée sur l’ancienne Continental GT… du coup elle hérite de son système de navigation et multimédia vieillot et ne dispose pas de la moindre prise USB… Pas top pour un joujou de plus de 200.000 EUR !

Machine à avaler la route

Sur la route, la Flying Spur W12S évolue sur un filet de gaz avec une aisance déconcertante. Les ressources de sa mécanique de feu effacent son poids camionnesque et sa suspension pilotée restitue des impressions de conduite où sport et confort s’entremêlent sans que l’un ne vienne dénaturer l’autre. Entendons-nous bien, un tel carrosse n’a évidemment pas l’agilité d’une ballerine mais notre Flying Spur s’est révélée une compagne de voyage idéale avec son confort extrême et ses performances qui le sont tout autant. C’est ainsi que notre périple à travers la Belgique et l’Allemagne nous a démontré tout le potentiel de cette berline qui symbolise le grand tourisme à l’anglaise. Grâce à sa transmission intégrale, la Flying Spur dispose d’une tenue de route à toute épreuve même s’il faut avouer que les spéciales de rallye ne sont pas sa tasse de thé et qu’elle préfère laisser exprimer son W12 sur autoroute, ou encore mieux, sur les zones délimitées de l’Autobahn allemande. Dans cet environnement propice à l’exploitation de sa mécanique, avaler les kilomètres devient alors un exercice des plus jouissifs tant sa réserve de puissance permet d’effacer d’un coup d’accélérateur, accompagné d’un bref appel de phares, à peu près tout ce qui roule ! Et si cette Flying Spur vieillissante avoue quelques lacunes technologiques (multimédia daté et assistance de conduite sécuritaire basique) face à des concurrentes plus récentes, elle n’en conserve pas moins un charme à nul autre pareil et mérite donc qu’on s’y intéresse toujours. La perfection n’étant pas de ce monde, ce sont précisément ces petits défauts qui apportent parfois la saveur et le relief d’une personnalité, fut-elle humaine ou mécanique !

Par Antonio Da Palma Ferramacho #luxgears
Impression

FICHE TECHNIQUE

Moteur : W12 biturbo injection directe

Cylindrée (cm3) : 5998

Puissance (ch./kW @ rpm) : 635 / 467 @ 6000

Couple (Nm @ rpm) : 820 @ 2000

Boîte de vitesse : ZF 8 rapports Quickshift

Entraînement : Intégrale (AV 40 : AR 60)

0-100 km/h (s) :4,6

Vitesse Max (km/h) : 320

Consommation (l/100 km) : 14,7 (annoncé) – 18,0 (observé)

Emissions CO2 (g/km) :335

Poids (kg) : 2475

Prix de base (EUR) : 213.525