Les montres cultes de l’amateur d’horlogerie

Thierry Gasquez est un homme discret mais il n'en reste pas moins une pointure dans l'horlosphère. Amateur éclairé, collectionneur averti, journaliste horloger par vocation, il intervient entre autres sur La Revue des Montres, Lui Magazine et crée le site collaboratif Passion Horlogère. Depuis cette dernière création, Thierry Gasquez n'a de cesse d'être animé par le partage de sa passion. Comme il nous l'a dit, il nous livre ici sa sélection qui n'a absolument rien d'objective. "Elle est toute en subjectivité, sincérité, très personnelle, et à destination de l'amateur en devenir". Découvrez les montres 'Cultes' de Thierry Gasquez

1. Breguet Reine de Naples

On a l’habitude de citer Breguet pour sa contribution à la chronométrie en ayant inventé le système du Tourbillon en 1801. Pour ma part, il est une autre invention de ce génie horloger qui, selon moi, force l’admiration. C’est la montre bracelet. Et plus que cela encore, la montre bracelet pour dame. Cette montre a un nom et une histoire : la Reine de Naples. Cette montre est une commande spéciale de Caroline Murat, épouse de Joachin Murat, Roi de Naples, en 1810. Sa conception était révolutionnaire pour l’époque : Très plate, de forme oblongue et tressée de fil d’or, elle devait être portée au poignet de la Reine de Naples. Livrée en 1812, elle est la première montre dont nous avons connaissance a avoir été portée au poignet, ce qui est attesté par les archives de la marque présentes dans son musée de la place Vendôme à Paris.

2. Konstantin Chaykin Joker

Dans l’horlogerie du XXIème siècle, on aime explorer de nouveaux horizons en utilisant tout ce que l’histoire horlogère a permis de cumuler comme savoir-faire. La quête de la précision n’est plus depuis l’invention des montres à quartz en 1969 par Seiko. L’ingénierie a permis l’utilisation de matériaux composites et la déconstruction traditionnelle des mouvements horlogers pour leur donner une forme voulue tel que le font MB&F ou Urwerk. Le marketing a été un soutien efficace aux équipes commerciales pour adjoindre au savoir-faire un faire savoir redoutable tel que le pratique Richard Mille. Aujourd’hui le collectionneur veut être surpris et rêver. Nous en sommes donc au temps du créatif tel que peut l’illustrer le Joker de Konstantin Chaykin. Cette pièce d’un horloger indépendant, membre de l’AHCI dont le talent n’est plus à prouver en matière de Haute Horlogerie, n’a pas d’autre complication horlogère qu’une phase de lune au fonctionnement traditionnel. Pourtant elle détonne, et elle a beaucoup plu. Les 99 pièces produites se sont arrachées dés sa présentation !

3. Carl F. Bucherer Manero Peripheral

Cette jeune marque horlogère est propriété du groupe Bucherer dont l’origine date de 1888, à Lucerne. Détaillant présent dans des villes touristiques de Suisse, d’Autriche, d’Allemagne et depuis 2013 à Paris, elle a trouvé un nouveau souffle avec l’arrivée à sa tête du dynamique Sascha Moeri. Il a réussi à la transformer en véritable Manufacture avec la création de deux mouvements « in house ». La Manero Peripheral est équipée du mouvement A2000 à rotor périphérique en tungstène. Ce choix technique permet d’avoir un fond saphir qui laisse une visibilité de 90 % du mouvement alors que la plupart des mouvements automatiques à fond saphir n’autorisent que 50 % du mouvement visible. Son dessin très sobre et particulièrement soigné en fait une montre classique des plus désirable. La bienfacture de cette montre illustre le sérieux de cette marque, et, par extension, de ce groupe. Il s’agit d’une marque sur laquelle je fais un pari. Le pari qu’un jour elle fera la synthèse entre Rolex et Patek Philippe.

4. Grand Seiko Hi Beat

Il m’aura fallu visiter la Manufacture Seiko au Japon en 2010 pour prendre la mesure de ce qu’est Seiko : un géant aux mille visages ! Outre le groupe familial qui réalise plus de 10 Milliards de $ de chiffre d’affaires annuel, Seiko a globalisé en 2010 sa marque de luxe appelée Grand Seiko. Cette marque est une démonstration de savoir-faire nippon et son modèle « Hi-Beat », un étendard de leur approche du luxe. Un dessin épuré, un cadran lumineux, des index à facettes ouvragées, un guichet de date harmonieux, des aiguilles biseautées, et une magnifique trotteuse bleue qui court à dix alternances par seconde sauront subjuguer les collectionneurs les plus exigeants. C’est bien simple, en Asie elle est appelée « la montre idéale ».

5. Hublot Big Bang

On a coutume de dire que la Big Bang est la première icône horlogère du XXI e siècle. Lancée en 2005, cette montre est la démonstration d’une nouvelle approche du luxe portée par le génial Jean-Claude Biver : l’alliance des matières, autrement appelée « Fusion » ! Acier, titane, carbone, or, Magic Gold®, alliages composites, sont associés au caoutchouc naturel toujours présent dans les bracelets, dans leur entier ou en doublure. Cette particularité aujourd’hui très répandue mais qui a fait le succès d’Hublot, assure un confort au porté difficilement égalable. Une montre Hublot est donc en tout premier lieu une montre confortable. Vous en doutez ? Courrez en essayer une !

6. Parmigiani Fleurier Tonda 1950

La Tonda 1950 incarne le plus la subjectivité de mon propos. Car cette montre, je l’ai voulue, désirée, attendue, et aujourd’hui, enfin, je la possède dans ma collection. Il s’agit de la montre de mes 40 ans. Pourquoi ce choix ? Avant cela je ne possédais que des montres à vocations sportives et en acier. Mais pour cet âge de « maturité » je souhaitais une montre classique et en or, pour pouvoir la porter en costume et en soirée. La proposition des horlogers est quasi infinie. Alors laquelle choisir ? Mes critères et goûts personnels étaient les suivants : une montre classique avec un design dynamique, un mouvement manufacturé à remontage automatique, une matière précieuse pour marquer ce passage à l’âge « adulte ». La Tonda 1950 répondait parfaitement à tous ces critères. D’aspect classique, ses cornes et ses aiguilles donnent un dynamisme incroyable à sa ligne. Le mouvement Vaucher à micro-rotor lui permet de conserver une finesse parfaite pour se glisser sous la manche d’une chemise. Et sa boîte en or rose et son micro-rotor en platine lui confèrent la préciosité recherchée. La montre idéale pour une occasion unique !

7. Roger Dubuis Excalibur

Le nom de Roger Dubuis vient de rejoindre le Panthéon de l’horlogerie. Le grand horloger nous a quitté le 15 octobre dernier en laissant derrière lui une œuvre colossale. Et ce n’est pas usurpé que de retrouver une de ses montres dans cette sélection. En effet, la maison genevoise est la seule à garantir une production certifiée à 100 % par le poinçon de Genève. Cette certification est un gage de qualité de très haut niveau dont ne peuvent se targuer toutes les montres de Haute Horlogerie. Mais la manufacture Roger Dubuis souhaite aussi offrir à ses clients des produits différenciants. Ainsi l’architecture du mouvement de l’Excalibur Skeleton se veut résolument contemporaine. Et cette montre est annoncée 100 % « Geneva Made ». Ce qui est unique !

8. Rolex Oyster

Lorsqu’on évoque les marques qui ont marqué l’histoire de l’horlogerie, on ne peut faire l’impasse sur Rolex. Et quand il s’agit de déterminer un produit culte chez Rolex, c’est là que les choses se compliquent. Parce que chez Rolex, il n’y a pratiquement que des montres cultes. Mais si on doit en choisir une seule, instinctivement, l’amateur d’horlogerie va aller vers la Submariner, la Daytona, ou l’Explorer. Ces montres ont écrit l’histoire moderne de l’horlogerie en accompagnant les poignets de ceux qui ont écrit l’histoire des dernières aventures humaines du XXe siècle. Or, je souhaiterais rendre hommage à une montre dont le concept est à l’origine du succès de Rolex. Il s’agit de l’Oyster Perpetual. Cette montre se résume en deux mots : Simple et efficace ! Le concept de l’Oyster est né en 1926. Il s’agissait de reproduire le principe d’étanchéité d’une huître en utilisant la pression subaquatique pour assurer le parfait contact entre la boîte et le fond de boîte vissé de la montre. Le joint faisant son œuvre lorsque la pression était nulle ou peu élevée. Ce concept et l’utilisation marketing qui en a découlé ont assuré à Rolex d’être reconnu comme la montre étanche par excellence, ce qui a marqué son « époque classique » pour établir les fondations de son immense notoriété.

9. Zenith Defy Lab

C’est la montre de l’année 2017 pour Passion Horlogère. Et ce n’est pas pour rien car elle vient d’apporter une évolution horlogère mécanique dont le principe avait 342 ans et était l’œuvre de Christiaan Huygens. Exit le balancier-spiral qui équipe 100 % ou presque des montres mécaniques, et bienvenue à l’oscillateur Semon, du nom de son concepteur, CEO du laboratoire R&D de la division horlogerie de LVMH. Il n’est d’ailleurs pas impossible que grâce à cette invention, ce dernier ne soit pas récompensé en 2018 du prix Gaïa, sorte de « Prix Nobel » de l’horlogerie. Grâce au silicium et à des équations mathématiques que LVMH conserve jalousement, cet oscillateur a vocation à équiper à l’avenir toute l’horlogerie mécanique suisse.

10. TAG Heuer Monaco

Cette montre dévoilée en mars 1969 est la première montre équipée d’un mouvement à chronographe automatique de l’histoire. Rien de moins ! Passée presque inaperçue à l’époque, elle doit sa renommée mondiale à Steeve Mc Queen qui la porte au poignet à l’occasion du film « Le Mans » en 1970. Cette image d’un acteur légendaire, exploitée encore de nos jours par TAG Heuer, associée à la qualité de chronométrie des montres de la marque en ont fait un best seller dont la dernière version réservée aux boutiques TAG Heuer se trouvant en France vient confirmer le dynamisme. Un « must-have » du collectionneur.